James Pichette

Nouvelle école de Paris

James Pichette

À propos de l’artiste

Un parcours pictural qui s’inscrit dans la modernité des courants artistiques de son époque et qui s’en exonère tout à la fois par son originalité et sa réelle personnalité. 

Eléments de biographie

1920 : naissance à Châteauroux

1947 : expose au Salon des Surindépendants

1949 : 1ère exposition personnelle, galerie Paul Morihien

1955 : séjour en Espagne

1960 : séjour aux Etats Unis

1971 : réalisation d’une oeuvre monumentale à Vitry Sur Seine

1976 : enseigne à l’école nationale d’art décoratif de Nice

1996 : décès à Paris

James Pichette est un peintre français né à Châteauroux. Des rêves enfantins échafaudés avec son frère Harry dans le grenier de leur grand mère maternelle, se concrétiseront des années plus tard dans les décors scéniques et les costumes de théâtre pour le premier et, dans l’écriture pour Harry, connu comme poète et auteur dramatique sous le pseudonyme d’Henri Pichette.

Les affres de la  guerre contraignent James Pichette à deux ans de soins dans un sanatorium du plateau d’Assy, où il commence à peindre des toiles figuratives.

Comme  peintre il se manifeste en 1947, lors du Salon des Surindépendants, par une toile d’influence cubiste. Il délaisse, à l’écoute des conseils de Fernand Léger, la géométrie et s’engage dans un lyrisme appuyé. Un lyrisme qui se renouvelle suite à son séjour en Espagne, lyrisme qui voit s’affronter  des rouges et des bleus.

Son séjour à New York en 1960, où il rencontre Calder et Sam Francis, apporte une nouvelle dimension à sa peinture. Durant une décennie l’Amérique lui inspire de nombreuses toiles : paysages urbains, des thèmes indiens et ceux du jazz.

Vers la toute fin des  années 60, le cercle apparaît dans ses compositions et tient une place première. Les couleurs toujours plus éclatantes sont portées par des compositions structurées.

James Pichette, fait également acte de militance, par le biais de ses gouaches qui témoignent de son engagement pour la paix (Vietnam), et contre les formes de répression à l’encontre de la liberté (Prague, et plus tard la Grèce et le Chili). 

Son oeuvre a fait l’objet de rétrospectives en France et à l’étranger  dès le milieu des années 60. De  nombreuses galeries et musées ont exposé son travail, tant dans un cadre d’exposition de groupe que d’exposition personnelle. Des oeuvres de James Pichette  figurent dans des collections publiques : Fonds National d’Art contemporain, Musées de Paris, Saint Omer, d’Arles, Poitiers….et à l’étranger Berlin, Dresde, Liège, Amsterdam, Turin, Mexique, Chili, Etats-Unis….

Sources : L’école de Paris 1945-1965, Lydia Harambourg, 2010 / Regard sur la peinture contemporaine, Gérard Xuriguera, Arted 1983 / Dictionnaire de l’art moderne et contemporain Ediions Hazan, 2002

Oeuvre de l’artiste

À découvrir

Suivre la galerie 

                

Translate »